le Démon de midi

Publié le par Denis

le Démon de midi

La crise de la quarantaine d'un homme vu par sa femme : le sujet n'est pas neuf, mais cette pièce issue de la bande dessinée de Florence Cestac tire parti de l'humour. Ce n'est pourtant pas une pièce aisée pour l'actrice, seule en scène pendant 1h50 elle nous tient en haleine sans flagrant temps mort.
Bon, le démon de midi à frappé à la porte de mon mari, je vous raconte comment c'est arrivé, ce qu'a été ma vie depuis la révélation du cocufiage. Ça c'est la base de ce spectacle. Ce qui est intéressant c'est la façon dont s'exprime l'actrice : elle nous raconte son histoire, elle s'adresse à nous, elle nous regarde, elle nous prends à parti. Elle endosse tous les rôles : son mari, son fils, la maîtresse, les copains du mari, les copines, la famille... Elle nous fait revivre l'histoire sous nos yeux. Elle va passer de la joie immense à la dépression et au mouron sans quitter son humour. L'humour est la bouée de secours qui sauve la femme de l'histoire.
Cette bonne pièce, qui avait fait ses preuves avec Michèle Bernier, accompagne la naissance de ce tout nouveau théâtre des Boulevards (il avait 20 jours ce soir là).

Auteurs : Michèle Bernier, MP Osterrieth, Florence Cestac
Artiste : Laurence Laouadi
Metteur en scène : Gus

Denis, en couple

Commenter cet article