De la Politesse

Publié le par Denis

Chaque mois, le même jour, à la même heure, des rédac' blogueurs écrivent un billet sur un sujet commun. Ce mois-ci Laurent, Olivier, Bergere, Bertrand, JvH, Jean-Marc, Lady Iphigenia, Julien, Chantal, Christophe, Hibiscus, Bluelulie, Anne, Joël, Looange, V à l'ouest, Jo Ann v, William, Catie, Nanou, Isabelle, Lelynx, Cecfrombelgium, Gally, Froggie, La Nymphette, Julie70, Aurélie N, Gazou, JulieMeunier, BlogBalso, Celine, Vladyk, Hpy, Loïc & Hyun-Jung, Lydie, Lucile, Guy Cardinal, Optensia, Linda et Yibus, planchent sur "Les bonnes manières, le savoir-vivre, la politesse, la bonne éducation" Allez aussi lire leur point de vue, et n'hésitez pas à laisser vos commentaires!

 

petites phrases politiques

 

Maman m'a toujours dit de dire "bonjour Madame" ou "bonjour Monsieur",  de dire "merci", "pardon" et "s'il vous plait". J'ai donc toujours intégré une certaine forme de savoir-vivre en société. La seule chose que je ne parvient pas à faire en tant qu'adulte est de donner du "Madame" ou du "Monsieur" après les salutations. J'ai un peu pensé à cela depuis quelques temps déjà. Je pense que d'une part, je suis moi aussi un adulte, un Monsieur, et d'autre part que la personne saluée sait très bien quel est le genre de son sexe et ce n'est pas la peine de le lui rappeler. 
L'intégration de cette convention très tôt dans mon éducation me permet de me mouvoir dans la société et de laisser une image propre de moi. C'est important dans mon métier de gestion de sinistres automobiles, patrimoniaux ou corporels.  Cela me permet de donner une bonne image à ma boîte et également de mettre une distance et de ne pas trop m'impliquer émotionellement.

Voilà une phrase intéressante que je n'avais pas prévue.  Je la laisse donc. La politesse et le savoir-vivre, de part leur aspect conventionnel permettent également de masquer et de protéger une part de sa personalité, de son intimité. Donc certe cela nous permet de vivre en communauté sans trop de heurts, mais cela permet également de modifier et de lisser l'image que l'on donne aux autres.
Par exemple cet assuré à qui nous avons remboursé le véhicule volé qui était très poli avec nous... jusqu'à ce qu'on apprennetque ledit véhicule était retrouvé depuis longtemps et qu'il roulait avec.  Il a été reçu par le chef, la conversation est restée posée et calme, mais tout en restant dans les bonnes manières le vocabulaire utilisé a été moins concensuel.
 

Voilà donc le paradoxe de la bonne éducation. Elle donne les outils pour une vie en communauté mais en même temps elle sert de masque à nos vraies pesonnalités.
D'ailleurs, quelle est ma vraie personnalité ?

Denis,   merci de votre venue et j'ose espérer à bientôt