les Superstitions

Publié le par Denis

Chaque mois, le même jour, à la même heure, des rédac' blogueurs écrivent un billet sur un sujet commun. Ce mois-ci Laurent, Noelia, Bergere, Bertrand, JvH, Jean-Marc, Bluelulie, Hibiscus, Anne, Julien, Joël, Chantal, Looange, V à l'ouest, Jo Ann v, William, Catie, Nanou, Lelynx, Cecfrombelgium, Gally, La Nymphette, Julie70, Gazou, JulieMeunier, BlogBalso, Celine, Vladyk, Lydie, Lucile, Guy Cardinal, Optensia, Linda, Denis, Yibus, Julie, Isabelle, Froggie, Christophe, Aurélien, Le chat qui, Lodi, Ckankonvaou, Mahie, Asibella, Mariuccia, Brigetoun, Amanda, Renée, Mouton, Agnes, planchent sur "les superstition". Allez aussi lire leur histoire, et n'hésitez pas à laisser vos commentaires!

Me voilà de retour en 2008. Ce qui est bien dans le passé c'est qu'on peut en rapporter de très beaux légumes. Ce soir il y aura une bonne soupe sur la table. Il faudra que je pense à voyager en 2384 pour y dégotter de beaux vêtements pas chers...
L'inconvénient des années 2380 et suivantes c'est un regain d'intérêt pour toutes les superstitions. En effet, après l'échec du come-back des religions et l'insuccès relatif des spiritualités diverses, les superstitions on eut un retour en vogue assez inattendu. Ce phénomène commence d'ailleurs à prendre pas sur les règles anciennes de société. C'est assez inquiétant que les gens se détournent du spirituel et de la science en même temps.

Cela me fait un peu penser à la générations spontanée qui pensait qu'en mettant du linge sale dans une pièce noire, ça engendrait des rats. Ce qui signifie que les superstitions ont existé de tous temps (et existeront encore). C'est la science qui nous a délivré de ce joug !
Bon, OK... le mot est un peu fort : certaines superstitions ont une réalité et sont de bons adages. Par exemple, "il ne faut pas passer sous une échelle" est un bon conseil : quelque-chose peut tomber, l'ouvrier peut échapper un outil, et on peut être blessés lors du passage sous l'échelle.

Donc toutes les superstitions ne sont pas mauvaises en soit. Il y a juste un énorme tri à effectuer, séparer le bon grain de l'ivraie. Mais je ne me sent pas le courage de cette oeuvre à présent. Et puis je n'en ai surtout pas le temps.
Malgré les voyages temporels, il faut toujours prendre le temps de faire une bonne soupe. Souvenez vous : j'ai fais mon marché en face du commissariat, ce Siècle avait sept ans...