Riche et célèbre

Publié le par Denis

Chaque mois, le même jour, à la même heure, des rédac' blogueurs écrivent un billet sur un sujet commun. Ce mois-ci Laurent, Olivier, Noelia, Bergere, Bertrand, JvH, Hibiscus, Anne, Julien, Chantal, Looange, V à l'ouest, Froggie, Jo Ann v, William, Catie, Nanou, Cecfrombelgium, Julie70, Gazou, BlogBalso, Vladyk, Lydie, Lucile, Optensia, Joël, Linda, Denis, Julie, Le chat qui, Ckankonvaou, Lodi, Mahie, Asibella, Mariuccia, Brigetoun, Amanda, Renée, Mouton, Agnes, Laetitia, 4nn3, MissBrownie, Karmichette, Rikard, planchent sur "Riche et célébre". Allez aussi lire leur histoire, et n'hésitez pas à laisser vos commentaires!

Ma soupe est presque prête, les légumes finissent de mêler leurs goûts et leurs sucs dans l'eau bouillante. Une bonne odeur empli la kitchenette et également tout le reste du studio. Le téléphone sonne, ce doit être maman ou bien un revendeur de fenêtres. Perdu, c'est un ami qui m'appelle, il est euphorique, je ne comprends pas bien ce qu'il dit.
-"Mais parle moins vite, je ne comprend rien du tout !
- Aahhh mais c'est génial... ton manuscrit... Ah ah ah ... cinéma... blabla...iche et célèbre... Aaaah... fête... ablabla... lcool et petits culs... Je suis ton ami, tu sais."
Je ne sais plus ce que je lui répond pour abréger ses souffrances, mais cela doit se faire sur un ton dubitatif. Je commence à me connaître.
-"Oui, oui ! Merci, à plus. Ciao."
Ma soupe est prête, je passe un coup de mixer pour terminer ma moulinée.

Ce n'est que le surlendemain que j'ai reçu ce courrier. Un texte que j'avais écrit et oublié à été publié et je reçois mon premier chèque. Oh, un petit montant, mais un chèque quand même. Le coup de fil de ma soupe me revient en mémoire. Aaah mais bon sang bien sûr ! C'est très certainement lui qui a subtilisé mon pauvre écrit et l'a présenté à un éditeur !
A partir de ce moment là, tout est allé assez vite. Mes textes suivants se sont vendus de mieux en mieux, j'ai demandé au bureau un poste à mi-temps, le script du film de ma meilleure vente c'est très bien vendu à un producteur français, je sors par obligation pour paraître et élargir le cercle de mes connaissances, l'argent entre facilement dans mes poches et il en ressort aussi rapidement.

Riche et célèbre, mon ami avait raison : c'est ce que je suis devenu. Les tabloïdes affichent mes photos scandaleuses de vacances aparemment perpétuelles. Tous les six mois l'annonce de mon décès dramatique fait augmenter les ventes de ces journaux pipoles. Je sort régulièrement, en représentation ou pour le plaisir. Je profite de la vie et de tout ce qu'elle peut m'offrir. J'ai acheté un appartement avec une grande terrasse sur Paris, j'ai donné des sous à mes parents, ma petite soeur, l'ami par lequel tout a commencé, je voyage souvent pour l'inspiration et pour la présentation du lancement de ma dernière production.
Je travaille dur pourtant pour pouvoir "pondre" un script, un pièce ou un livre plus ou moins règulièrement. J'ai tenu à garder un tiers-temps au bureau afin de ne pas perdre pied totalement, heureusement que j'ai pris un nom d'emprunt pour ma vie publique. Mes amis d'avant sont toujours là, fidèles à eux mêmes. Ils m'apportent beaucoup sans le savoir.

Je suis heureux de cet équilibre.
Je sais que je côtoie la folie. C'est exaltant.


Denis,   même pas en rêve